Compte-rendu table ronde – 15 avril 2016: Margot Damiens

Margot Damiens, doctorante à Paris-Sorbonne en cotutelle avec l’université de Greifswald (Mecklenburg-Vorpommern), est venue présenter son sujet de thèse, portant sur les représentations de la Suède et du Danemark dans le Saint-Empire romain germanique au XVIIIe siècle dans les ouvrages de non-fiction (livres d’histoire, de géographie, de statistique, récits de voyages, etc.).

Les bornes chronologiques retenues pour ce projet sont la fin de la Grande Guerre du Nord (1720) et les guerres napoléoniennes (1806/1815). Durant cette période, la Suède et le Danemark représentent deux ensembles assez stables sur le plan territorial et politique.

Cette recherche s’articule sur deux axes : le travail sur les représentations d’une part et le rôle de l’historiographie dans leur élaboration.

Au XIXe et au XXe siècle en Allemagne, les représentations de la Suède et du Danemark furent réinvesties par le romantisme et le nazisme. Ces deux mouvements s’inspirèrent non seulement du gothicisme, mais aussi du travail de réception de la culture scandinave qui avait déjà commencé en Allemagne auparavant. Il est donc intéressant de remonter à ces racines, au XVIIIe siècle. On peut avancer l’hypothèse qu’à cette période, beaucoup de savoirs furent créés qui furent ensuite repris par le nationalisme : la Suède et le Danemark, comme le reste du monde, furent l’objet d’un travail d’exploration et de description. Ils occupaient une place intéressante pour l’Allemagne : ils étaient des pays à la fois très proches car limitrophes (Schleswig-Holstein danois, Poméranie suédoise) et très lointains (Laponie, Norvège, Islande, Groenland), des pays très connus (le XVIIe siècle suédois a beaucoup marqué les esprits) et méconnus, des pays conçus comme apparentés (sous l’influence des premiers travaux de linguistique) mais aussi comme mystérieux et barbares. La question de la frontière se pose donc, celle du proche et du lointain, du même et de l’autre. On peut se demander si des interrogations de ce type existaient déjà dans les textes précédant l’émergence des identités nationales et, si oui, ce qu’elles révèlent sur l’Allemagne de ce temps-là et sur la façon dont elle se percevait. À ce titre, chercher à déterminer s’il y a une différence de traitement entre la Suède et le Danemark peut permettre d’affiner l’analyse. L’intérêt semble avoir été plus grand pour la Suède, qui avait dominé au XVIIe siècle, était facilement perçue comme plus exotique, et sur laquelle il y avait peut-être plus de sources.

La question des sources met en valeur l’importance de l’historiographie et pose la question de savoir dans quelle mesure ses évolutions au XVIIIe siècle ont eu un impact sur les représentations en général et sur les représentations de la Suède et du Danemark en particulier. En effet, à cette période, l’écriture de l’histoire effectua une transition : elle passa d’une écriture accumulative, envisageant une histoire universelle dont la narration se centrait sur la personne et les actions des souverains, à une méthode historiciste, plus scientifique, qui s’accompagna du développement des histoires nationales et de disciplines incluant des éléments sociaux et culturels (géographie, statistique). Par ailleurs, d’autres facteurs entrent en ligne de compte qui eurent un impact sur l’historiographie et les représentations. Les souverains, tout d’abord, jouèrent un rôle important dans la mesure où ils furent souvent les commanditaires des oeuvres d’histoire. L’histoire de la Suède de Samuel von Pufendorf (1782), par exemple fut rédigée sur invitation de la Suède ; de même, l’Histoire de Dannemarc de Paul Henri Mallet (1758-1777) fut commandée par le roi danois pour favoriser le rayonnement de son pays. Les grandes théories du temps eurent également leur importance. Ainsi, la notion de progrès, liée au concept d’histoire universelle, eut une influence sur certaines représentations des pays scandinaves, dépeints comme des contrées sous-développées, en particulier leurs régions les plus septentrionales (Laponie). En revanche, le point de vue de la Zivilisationskritik en Allemagne donna lieu à des descriptions idéalisées des Scandinaves comme un peuple certes moins avancé, mais par conséquent plus proche de la nature, de ses origines et donc plus moral. Les représentations sont ainsi chargées de significations qui les dépassent. À cela s’ajoute la question des sources de l’historiographie et de ses méthodes d’exploitation de ces sources. Retracer la généalogie des textes permet de mettre en avant plusieurs phénomènes : tout d’abord, le fait que certaines idées, voire des passages entiers, furent repris d’un texte à l’autre sans être remis en question, parfois sur plusieurs siècles ; ensuite, le phénomène de la traduction, qui tantôt touchait au plagiat, tantôt se rapprochait de la réécriture (certains récits de voyage furent ainsi modifiés par leur traducteur allemand, qui souhaitait les « adapter » au public allemand) ; et, enfin, l’évolution de ces sources. Le récit de voyage, par exemple, se transforma dans le dernier quart du XVIIIe siècle : d’une description se voulant empirique, objective et scientifique, il devint le récit d’une expérience plus subjective et émotionnelle du voyage ; son contenu s’en trouva fortement modifié.

Ce travail de recherche vise donc, à terme, l’approfondissement des connaissances sur les représentations de la Suède et du Danemark en Allemagne, mais aussi de façon plus générale sur les relations entre ces pays ainsi que sur l’histoire des idées et de l’historiographie en Allemagne au XVIIIe siècle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *