Compte-rendu table ronde – 12 février 2016 : Agathe Mareuge

Lors de la table ronde du 12 février 2016, Agathe Mareuge, jeune docteure du laboratoire REIGENN, est venue présenter ses recherches et parler de son expérience d’organisatrice du séminaire des doctorants :

« Je suis l’auteure d’une thèse sur l’œuvre poétique tardive de Jean Hans Arp, c’est à dire son œuvre postérieure à 1945. Son enjeu principal est la notion de tardiveté, d’œuvre tardive : en quoi ce qu’il a créé pendant sa période tardive est déterminé par ce qui précède.

Les études sur Arp sont extrêmement cloisonnées, comme pour Asger Jorn (cf. Raphäelle Jamet). En tant que germaniste, j’ai choisi un corpus essentiellement constitué de poèmes allemands, mais j’ai également pris en compte les poèmes français ainsi que l’œuvre graphique et plastique.

Les étiquettes sont faciles à coller sur toute la production de l’entre-deux guerre (« dada », « surréalisme », « constructivisme », « art concret »…) mais pour l’après-guerre il n’y a plus rien.

Ma méthodologie est le travail à partir des textes, de l’analyse des œuvres, pour montrer les cohérences internes. Du coup j’ai eu envie de faire l’inverse après la thèse : aller voir du côté de la sociologie littéraire, travailler sur la mise en réseau à partir de la correspondance (amis, collègues, éditeurs, galeristes). Je suis engagée dans un projet post-doctoral avec un professeur de mon jury de thèse venant de Zurich. Le projet est financé par le Fonds National Suisse pour la Recherche. Il s’agit d’un projet de trois ans intitulé « La génération Dada après 1945, avant-gardisme et modernité dans l’après-guerre ». La question que je me pose est si ce que j’ai vu pour Arp est représentatif ou si c’est un parcours atypique. Le projet peut éventuellement être prolongé après les trois ans, et pourrait alors mener vers une habilitation à diriger des recherches.

Organisation scientifique : la thèse a été commencée en 2009. À l’époque il n’y avait aucune structure spécifique pour les doctorants. Trois doctorantes (Bénédicte Terrisse, Frédérique Harry, Aurore Arnaud) ont eu l’idée de monter un séminaire de doctorants, et je me suis « greffée » à l’organisation en commençant ma thèse. Nous lancions un appel à communication sur un sujet relativement vaste qui puisse intéresser tout le monde et qui soit lié aux problématiques de l’EA, puis nous constituions un programme avec des séances thématiques le samedi matin (2009-10 : identité et altérité, 2010-11 : identités en crise, 2011-12 : identités en circulation). Nous accordions une grande importance à la convivialité. C’étaient principalement des doctorants qui présentaient leurs travaux en cours, afin de mettre en forme leurs idées et d’échanger, de préciser certains points, notamment de méthodologie, sans le stress d’une grosse présentation. Il y avait souvent des maîtres de conférence pour faire la modération de chaque séance (quand ce n’étaient pas les doctorants), ce qui permettait de rapprocher doctorants et maîtres de conférence, et de sortir de la relation « classique » entre doctorant et professeur/directeur/rice de thèse. Pour la deuxième année du séminaire il y avait plus de doctorants ou de jeunes chercheurs extérieurs.

Nous avons publié une sélection des interventions. Dans le prolongement de la troisième année du séminaire, nous avons organisé en avril 2013 un colloque sur le thème « Ding Ding Ting, objets médiateurs de culture », dont les actes viennent de paraître. Il s’agissait de croiser histoire culturelle, transferts culturels et culture matérielle. Le colloque s’est étalé sur deux jours et demi avec comité scientifique international et participation de membres de l’EA.

S’organiser en collectif permet d’avoir plus de légitimité et de poids. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.