Compte-rendu table ronde – 12 février 2016: Sophie Picard

Sophie Picard, doctorante à l’université de Iéna en cotutelle avec Paris-Sorbonne, est venue nous présenter son sujet de thèse : « Fêter les classiques. Permanence et mutations des figures de Goethe, Beethoven et Hugo au XXe siècle. »

Les « classiques » sont populaires : c’est là ce qui assure leur permanence dans la mémoire culturelle des sociétés. Les œuvres de grands auteurs tels que Goethe, Beethoven ou Hugo n’occupent pas seulement une place de choix dans les canons littéraires et musicaux, elles font parallèlement l’objet des usages les plus divers, dans des contextes variés. Une citation extraite du Faust ou des Misérables pourra ainsi tout aussi bien servir d’argument d’autorité dans un discours politique que dans une campagne publicitaire et, qu’elles soient entendues lors d’un show télévisé, d’une célébration officielle ou d’une conférence musicologique, les premières mesures de la Cinquième Symphonie ne perdront rien de leur effet de reconnaissance. Pour autant, ces processus de réception ne se réalisent nullement de manière continue et homogène : à les considérer dans leur ensemble, les discours sur les classiques se caractérisent bien plutôt par leur fragmentation. L’image de Goethe en créateur, théoricien et homme d’État qui prévaut dans les analyses historiques et critiques du Goethe-Jahrbuch en 2010, par exemple, n’a pour ainsi dire rien en commun avec celle du génie rebelle et maladroit, alter ego de Werther, présentée la même année dans Goethe !, film à succès du réalisateur Phi­lipp Stölzl. De ces approches contemporaines de la figure du poète national, ce sont deux types de discours hétérogènes qui émergent, le premier se développant dans le temps long de la recherche académique et se conformant à certains critères de scientificité prédéfinis, le second ayant au contraire pour objectif premier et immédiat de plaire, sans se soucier de l’idée de vérité historique. Si chacun de ces discours participe des représentations de Goethe à un moment donné de l’histoire et qu’ils matérialisent différentes formes de réception du classique, il n’en demeure pas moins qu’ils évoluent le plus souvent de manière indépendante dans des sphères distinctes de la société. Dans ce processus de réception sur le temps long, les années commémoratives ont pour effet de concentrer ponctuellement l’attention de l’espace public sur un événement ou, en l’occurrence, une figure de grand homme, ce qui se traduit par une augmentation des contributions relatives au personnage et surtout par leur plus forte interaction. Ce sont ces effets de focalisation et de brassage, accentués au xxe siècle par l’importance croissante des médias de masse, que je me propose d’analyser dans le cadre de ma thèse. Mon attention se concentre sur les célébrations entourant les anniversaires de naissance et de mort de trois grands classiques de la culture européenne, Goethe, Beethoven et Hugo. En m’intéressant plus particulièrement aux formes de diffusion et à la médiatisation des discours commémoratifs au sein des espaces publics français et allemand pendant l’entre-deux-guerres d’une part et l’après 1945 d’autre part, il s’agit pour moi de comprendre le phénomène de la construction du classique dans sa dimension sociétale.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.