Compte-rendu table ronde – 12 février 2016: Volker Klostius

Volker Klostius, doctorant de l’équipe REIGENN en co-direction avec l’université de Poitiers, nous a présenté son sujet de thèse : Entre « aria », « air », « chanson », « song », « Gesang », « Melodey » et « Lied » : la naissance de la chanson profane en Allemagne (1560-1660):

« Je suis en thèse sous la direction de Marie-Thérèse Mourey, en codirection avec Isabelle His qui est professeur de musicologie à l’Université de Poitiers. Le choix de mon sujet est en lien avec mon parcours : j’ai fait des études de français et de musicologie en Autriche, puis un M2 recherche études germaniques à Paris-Sorbonne. J’ai cherché un sujet qui rassemble mes intérêts : musique, littérature allemande, littérature française.

J’ai fait un travail de recherche pour le M2 sur un corpus de chansons profanes allemandes de la première moitié du XVIIème siècle et aussi sur l’état de la poésie et de la musique en Allemagne autour de 1600. A cette époque là il y a une très grande circulation des modèles poétiques et musicaux en Europe. Sous l’impact de l’humanisme du XVIè siècle s’opère un renouvellement inédit de la musique et de la poésie allemandes, à travers la réception de modèles étrangers. En 1624, Martin Opitz est le premier à théoriser le système métrique allemand et donne un nouvel essor à la poésie allemande. Or Opitz est parti de modèles étrangers (français : Pierre de Ronsard, italien : Pétraque, néerlandais : Daniel Heinsius).

Ce procédé d’appropriation de modèles se retrouve dans les recueils de chansons profanes, qui sont très nombreux. Ce sont des modèles d’origines française, néerlandaise, italienne mais aussi anglaise. Le choix des différents termes dans le titre reflète ces influences.

Deuxième constat : il y a une grande circulation de musiciens en Europe. On se rend compte qu’il y a eu beaucoup de musiciens qui se déplaçaient de cour en cour en Allemagne pour trouver des emplois. Par exemple l’Anglais John Dowland. Les musiciens sont des agents de transfert car ils ne viennent pas les mains vides : ils apportent leur savoir-faire et leurs partitions.

A partir de ces constats et du corpus, je veux éclairer les différentes modalités de transfert dans la réception et l’appropriation de modèles musicaux en Allemagne.

Le cadre chronologique (1560-1660) a été choisi pour étudier une période de transition et de consolidation de pratiques culturelles en Allemagne. 1560 représente la transition entre la musique médiévale et la musique baroque. 1660 marque l’évolution vers des formes plus complexes comme l’opéra. Mon corpus se limite à l’Allemagne du nord, et surtout à la métropole de Hambourg. Cette ville hanséatique est la plaque tournante avec l’Angleterre, les Pays-Bas, le Danemark. Les relations dynastiques jouent un grand rôle : le roi danois est aussi duc du Schleswig-Holstein. Dans cet espace, il y a eu beaucoup de cours princières très influentes qui utilisaient la poésie et la musique comme moyens de représentation et qui favorisaient la circulation des musiciens à l’occasion de grandes festivités ou de déplacements. J’ai élaboré une carte représentant la circulation des musiciens et des poètes autour de Hambourg.

Je vous propose l’exemple d’un poème composé par Ronsard en 1555. On le retrouve aux Pays-Bas en 1608, en Allemagne en 1625, dans des recueils hambourgeois des années 1640, en Suède en 1645, au Danemark en 1648. Il est difficile de savoir par quel biais ce poème a été reçu mais cela illustre la notion de circulation et de transfert. »

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *